Un chien dans le moteur

Un chien dans le moteur

Portis, Charles

Cambourakis

  • 29 octobre 2014

    « Norma, ma femme, s'était fait la malle avec Guy Dupree et je guettais l'arrivée des relevés de cartes de crédit qui me permettraient de savoir où ils étaient allés. »
    Ray Midge, vingt-six ans d'âge, « glandeur » invétéré, son Colt Cobra planqué au fond de la glacière, part récupérer sa Ford Torino (à tout prix) et sa femme (éventuellement).

    « Qu'est-ce que tout le monde cherche ? il a dit. Norma n'a pas hésité : elle a dit que tout le monde cherchait l'amour. »

    Et c'est parti pour un « road-movie » rocambolesque et hilarant.

    Charles Pontis, l'auteur, ancien journaliste à l'Herald Tribune, va nous bringuebaler sur des routes défoncées de l'Arkansas au Belize en passant par le Texas et le Mexique.

    De crades motels en parcs à caravanes désertiques en passant par des bars plus que louches, Ray, dans une Buick déglinguée – la véritable héroïne du livre – part vers le Sud à la recherche du temps perdu.

    « Les deux phares droits étaient pétés et la direction encore plus endommagée : il y avait maintenant presque un demi-tour de jeu dans le volant. La position de la barre transversale du volant était modifiée elle aussi, de l'horizontale elle était passée à la verticale, et ce nouvel alignement ne me permettait pas de positionner mes mains correctement. »

    Ray, « looser » généreux, va rencontrer, pour notre plus grand bonheur de lecteur, des hippies débraillés, des évangélistes illuminés, un Docteur fou-dingue et j'en passe et des bien pires.

    Ce roman nous trimbale à travers une Amérique cahotante, déboussolée en quête d'illusions perdues.
    L'humour désabusé et pathétique de Portis nous tient collés sur la banquette cramoisie par la chaleur du Sud jusqu'au bout de la route.
    Pied au plancher, cœur soulevé-chahuté par les bosses de la vie.

    « La glace avait fondu depuis belle lurette et le fromage et le salami étaient foutus. L'eau était marron à cause des languettes des canettes de bière qui avaient rouillé. Au fond de ce marécage, mon Colt Cobra ballottait dans son sac en plastique. »

    Chaudement recommandé !
    Bon voyage à vous...


  • par (Le Bateau Livre)
    8 juillet 2014

    Coup de coeur littérature étrangère

    On connaît mal l’oeuvre de Charles Portis, et pourtant, c’est lui qui a signé le roman True Grit, adapté par Henry Hathaway avec John Wayne puis par les frères Coen. Excusez du peu. On remerciera donc les éditions Cambourakis qui nous permettent enfin de découvrir un autre de ses textes. Ray Midge n’a que 26 ans, mais il a déjà réussi à se faire plaquer par sa femme, dont il découvre rapidement qu’elle s’est enfuie aux côtés de son premier amant. Mais le plus gênant dans l’histoire, c’est qu’ils se sont envolés à bord de sa Ford Torino à lui, petit bijou amoureusement entretenu, et cette perte se révèle pour lui bien plus attristante que celle de ses cartes de crédit – disparues elles aussi. Ray va donc sillonner les routes américaines, direction le Mexique, et plus au sud encore, à bord d’une brinquebalante Buick, avec l’espoir de récupérer sa voiture, voire sa femme si possible.
    En bon anti-héros, il n’échappera pas aux divers coups du sort qui vont jalonner son parcours, ni aux enquiquineurs de toutes sortes : amis comme inconnus l’empêcheront plus qu’ils ne l’aideront à atteindre son but. On pourra tout de même lui accorder une médaille pour les savantes réparations de fortune effectuées sur la Buick, dont une mémorable avec des cintres. Une drôle de balade façon road-movie qui nous fait redécouvrir toute l’ambiance américaine des années 70 à travers ce texte frôlant l’absurde !