D'entre les ogres

D'entre les ogres

Baum - Dedieu

Seuil jeunesse

  • par (Association des Librairies Spécialisées Jeunesse)
    7 décembre 2017

    Nominé Prix Sorcières 2018 - CARRÉMENT BEAU MAXI

    Au milieu de la forêt, un couple d’ogres trouve «un panier qui pleure». C’est un enfant, une petite fille qu’il nommeront Blanche et qui deviendra la princesse de leur royaume. Blanche grandit dans l’amour de ses parents mais commence à poser des questions dérangeantes. Pourquoi ne mange t-elle pas la même chose qu’eux ? «Pourquoi ne les suit-elle pas, la nuit, quand ils chassent ? Quelle est cette odeur dans la cave? ». Effondrés mais conscients de leur différence, les ogres décident de rendre l’enfant à ses semblables. L’ogre est alors fait prisonnier par la foule mais «on ne fait pas de procès à un mangeur de chair humaine. On le condamne et on le tue»… En refermant cet album effrayant et bouleversant à la fois, le lecteur ne sait pas ce qu’il advient de l’ogre aux mains des bien-pensants. Il sait en revanche, comme Blanche, que ces parents imparfaits, ces parents différents, sont bien les siens : des parents aimants. Et que nul amour ne se cache dans la foule qui pense savoir ce qui est juste et qui mérite de monter sur l’échafaud. Un texte bref et incisif et des images sombres où se glisse pourtant une grande tendresse, les auteurs réussissent un album magistral qui donne matière à penser.


  • par (Mots et Merveilles)
    2 février 2017

    C'est un panier. Un panier qui pleure, seul au milieu de la forêt. Une main s'en saisit. C'est une main d'ogre. Un couple d’ogres adopte une petite fille humaine. Un album puissant, de Gilles Baum et Thierry Dedieu, qui pose la délicate question de la filiation.


  • 22 janvier 2017

    Histoire d'une séparation

    __Il était une fois… un panier. Dans ce panier, une petite fille, emmitouflée. Abandonnée au milieu de la forêt enneigée, elle hurle à la mort. Rapidement, une main d’ogre s’en saisit, et rapporte à l’ogresse, dans une chaumière éloignée, le trésor dérobé. C’est ainsi que commence l’histoire de Blanche, entre les ogres ; choyée, couvée –« deux cent ans que les ogres attendaient un enfant »-, la fillette grandit dans la chaleur d’un foyer pas comme les autres, par des ogres qui l’élèvent comme si c’était leur propre enfant. Mais les questions surgissent, inévitablement : pourquoi ne peut-elle pas manger comme ses parents ? Pourquoi n’a-t-elle pas le droit de les suivre la nuit quand ils chassent ?

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u