Librairies Sorcières

http://librairies-sorcieres.blogspot.fr/

King Kong

Robinson

14,95
par (Association des Librairies Spécialisées Jeunesse)
11 octobre 2019

Conseillé par la Librairie Sorcière Librairie Au Pain de 4 Livres

Cinéaste new yorkais, Carl Denham, part filmer au large de Sumatra. Il embarque Ann, jeune femme totalement novice dans le milieu du cinéma, aux yeux «d’un bleu pur et une chevelure d’or». Sur le bateau, le capitaine en second Driscoll, en tombe éperdument amoureux. Denham lui fait part de son projet de trouver sur une île une bête monstrueuse. Un projet ambitieux qui va nous entraîner dans un récit dramatique… Histoire populaire depuis sa version cinématographique en 1933, ce récit dramatique est librement inspiré du héros gigantesque créé par Edgar Wallace, et le monstre revient dessiné par Christophe Blain. Cette adaptation sous forme d’album (parue une première fois en 2004 chez Albin Michel) est une vraie réussite. Les cadrages utilisés font écho à ceux du cinéma. Les planches se succèdent telles les images d’un film. Une mise en couleur monochrome dans une palette très sobre apporte une touche vintage aux images. Le texte, adapté par Christophe Piquemal, est très rythmé. — Librairie Au Pain de 4 Livres

ENFANCES

Autrice: Marie Desplechin - Illustrateur: Claude Ponti

École des Loisirs

16,80
par (Association des Librairies Spécialisées Jeunesse)
11 octobre 2019

Conseillé par la Librairie Sorcière Librairie L’Oiseau Lire

Anne Frank, Youri Gagarine, Louis XIV, Hildegarde de Bingen, Edith Piaf, Hercule ou encore l’homme invisible… En fait, ils sont soixante-deux. Soixante-deux personnages célèbres, connus ou presque anonymes. Mais quelle que soit leur place, réelle ou légendaire, tous ont un jour changé la vie des gens, notre vie et le monde dans lequel nous vivons. Loin des principes de la biographie, Marie Desplechin écrit, imagine, invente, brode, fabule et rêve sur ce qu’aurait pu être l’enfance de tous ces personnages. Au lecteur de tisser un lien entre leur jeunesse et leur vie d’adulte. L’entreprise est lumineuse, autant parce qu’elle permet de découvrir des génies peu connus, autant parce qu’elle provoque curiosité et désir d’en connaître plus et surtout parce que les jeunes lecteurs prennent conscience que eux aussi pourront, adultes devenus, jouer un rôle important dans la société de demain. En un mot, l’avenir de chacun n’est juste limité que par l’imagination et la volonté… Que dire encore de cette oeuvre exceptionnelle? Eh bien que Marie Desplechin s’est associée à un maître de l’illustration, un de ceux qui aurait pu figurer dans cette atypique anthologie, Claude Ponti. Alors, enfants, parents, enseignants, à vos plumes! Écrivez-nous quelle fut l’enfance de Claude Ponti pour qu’adulte, il ait fait rêver par ses dessins plusieurs générations de lecteurs… — Librairie L’Oiseau Lire

Pop corn

Les Grandes Personnes

16,50
par (Association des Librairies Spécialisées Jeunesse)
11 octobre 2019

Conseillé par la Librairie Sorcière Librairie Lucioles

Cet album n'est pas un livre de recettes ni un livre d'astronomie. Encore que... Avant même le titre, la recette du pop corn est donnée. Puis la nuit s'installe, tu lèves la tête, les étoiles s'allument une à une et comme au cinéma, confortablement installé, te voilà plongé dans les constellations. Oh, tiens, tiens, une grande casserole... Une recette, le cinéma, la profondeur de la voûte céleste et une casserole, manque un grain de maïs et «PO!» en route vers la voie lactée. Du noir, du blanc, du jaune, un pop up, quelques graines soufflées et l'infiniment grand s'ouvre à toi… Après Marelle à doigts, paru chez Thierry Magnier, chouette balade à compter et à rigoler et Sissi, sorti chez Albin Michel Jeunesse, subtil mélange de jeux de mots et d'allitérations, Pop corn nous le confirme: Sara Cheveau est une tortilleuse de mots, une trifouilleuse d'images et une merveilleuse titilleuse de cerveau. Rien n'arrête cette magicienne sautant du coq à l'âne et retombant toujours sur ses pattes. — Librairie Lucioles

VIE HANTEE D'ANYA (LA)
par (Association des Librairies Spécialisées Jeunesse)
11 octobre 2019

Conseillé par la Librairie Sorcière Librairie Libr'Enfant

Quelques mois après la publication de Un été d’enfer, un récit de souvenirs doux-amers de colonie de vacances (partiellement autobiographique), les éditions Rue de Sèvres ont la très belle idée de rééditer le premier roman graphique de Vera Brosgol, paru aux États-Unis en 2011 et une première France en 2013 chez Altercomics. Cette fois, nous suivons Annushka Borzakovskaya (Anya), jeune fille émigrée russe impopulaire dans son collège qui, à la suite d'une chute dans un puits, se retrouve nez à nez avec le fantôme d'Emily, une fille de son âge… mais décédée quatre-vingt-dix ans plus tôt! Anya se lie d'amitié avec Emily (elle lui apporte son aide pour tricher aux contrôles ou pour approcher le garçon qui lui plait...) mais très rapidement le ton change et sa spectrale amie devient encombrante, intrusive et incontrôlable, amenant Anya à découvrir la vérité sur la mort d'Emily. Par petites touches progressives, la narration vire d’une chronique adolescente plutôt classique vers un thriller inquiétant et effrayant. Pour illustrer ce bel album, Vera Brosgol a dessiné tout en bichromie avec pour unique teinte le pourpre-bleu permettant subtilement de passer en une vignette de la légèreté, l'humour, à l’horreur. La vie hantée d'Anya est parfaitement rythmé, dynamique et magnifiquement dessiné. Cette bande dessinée est une merveilleuse exploration de l'identité, de l'importance de rester fidèle à soi-même et à ses choix. — Librairie Libr'Enfant

Moon brothers
15,90
par (Association des Librairies Spécialisées Jeunesse)
11 octobre 2019

Conseillé par la Librairie Sorcière Librairie Tire-Lire

Quand son frère, emprisonné depuis une dizaine d'années, reçoit la date de son exécution, Joe décide de s'installer au Texas pour le soutenir. Des souvenirs d'enfance refont alors surface, tout comme l'espoir de voir Ed gracié… La magie de Sarah Crossan opère encore avec ce roman tout simplement humain. C'est le portrait sobre et pudique d'une famille dysfonctionnelle, mais soudée dans l'épreuve. Pas de misérabilisme, encore moins de voyeurisme, juste la froide absurdité du couloir de la mort. À partir d'un sujet délicat, qui pourrait facilement basculer dans le glauque, l'autrice déroule un récit sensible et taillé dans le réel. Chaque personnage est ciselé avec soin, la langue est vive (une traduction réussie de Clémentine Beauvais) et le format en vers libre continue de faire mouche. On en ressort sonné... Un grand coup de coeur que l'on partagera avec nos lecteurs pendant longtemps. — Librairie Tire-Lire