COEUR DE BOIS

Coeur de bois

Henri Meunier

Notari

  • par (Association des Librairies Spécialisées Jeunesse)
    10 janvier 2018

    LAURÉAT Prix Sorcières 2018 Carrément Sorcières Fiction

    Un album qui se lit d'une traite, entre conte traditionnel et récit onirique, il vous bouscule, il vous chamboule. Un thème fort: la résilience. Aurore, jeune femme épanouie et sûre d’elle, se prépare pour aller rendre visite à un vieillard reclus au fond de cette forêt qu'elle aime tant et dont elle affirme ne pouvoir se passer. L'histoire progresse, la forêt devient pesante mais le lecteur sent d'emblée chez la jeune femme une détermination farouche... Qui est ce vieillard au fond des bois et qui est-il pour elle? Une révélation de taille attend le lecteur au fil des pages et apporte une dimension immense à l’histoire! Henri Meunier nous offre un grand texte, bouleversant, jouant avec les ellipses et l'ambiguïté des propos. Ses dialogues sont d'une force redoutable. Les illustrations magnifiques de Régis Lejonc, oscillant entre le noir et le rouge, renforcent la part de mystère et donnent une lecture cinématographique truffée de références. Un album magistral, qui nous dit que grandir c'est aussi apprendre à dépasser ses souffrances. Apprivoiser ses peurs, c’est aussi s'affirmer.


  • par (Librairie Récréalivres)
    26 mai 2017

    Insondable

    "Coeur de bois" est le nouvel album du duo Henri Meunier et Régis Lejonc ("La mer et lui" mais aussi "La rue qui ne se traverse pas" déjà chez Notari) et peut être leur album le plus abouti. Revisitant le conte du "Petit Chaperon Rouge", ils s'affranchissent ici complètement des critères usuels d'âge de l'album comme forme littéraire . "Coeur de bois" s'adresse en effet autant sinon davantage à ceux qui ont lu le conte et ont à présent l'âge d'Aurore, l'héroïne au béret du livre. Il est assez problématique de parler de chef d'oeuvre avant que le temps n'en ai fait son affaire mais "Coeur de bois" témoigne d'une telle maîtrise et d'une telle force que les paris peuvent être lancés sans trop de risque. La beauté froide, radicale de l'album, est à l'image du visage tour à tour impassible et songeur de celle qui n'a rien oublié de son enfance. Ce retour "sur les lieux du crime" à la façon d'une commémoration peut-être lu comme une allégorie du pardon mais nous sommes autorisés "à ne pas comprendre pourquoi". La profondeur insondable des ces bois est propice à de nombreuses visites.