Le Carnet À Spirales .

https://www.facebook.com/librairielecarnetaspirales/?fref=nf

Les lectures de l'équipe du Carnet à spirales pour vous aider dans vos choix, vous accompagner dans vos nuits blanches, dans vos heures d'évasions romanesques.
Peu adeptes des étoiles nous avons décidé d'en donner 5 par défaut à nos recommandations.
Au plaisir de vous lire et de vous recevoir au Carnet à spirales

6,80
par (le Carnet à spirales)
12 janvier 2022

Un peu de magie pour l'hiver, s"il vous plaît !

Voici un titre sympathique pour lire en cette période froide et enneigée (par moment) ! Pour l'anniversaire de son petit frère, Samantha quitte l'Afrique du sud en avion, mais malencontreusement une tempête de neige empêche l'atterrissage et le capitaine de bord choisit de d'effectuer un atterrissage d'urgence à Londres en attendant de meilleures conditions climatiques. Et voici comment cette jeune fille de dix-huit ans se retrouve dans Londres, seule, première escapade en solitaire. Et alors que rien ne se passe déjà comme prévu, elle n'en a pas fini ! Au détour d'une ruelle, une bande va lui voler son téléphone, neuf bien sûr, elle va aussi tomber sur un petit garçon qui semble aussi seul qu'elle, un tigre va s'échapper d'un zoo, la mort de la reine Elisabeth II est annoncée, et une personne âgée est retrouvée à son domicile, inconsciente, victime d'une attaque... Ces éléments, liés les uns aux autres, nous promettent une escale à Londres dont la jeune Sam, et nous-mêmes lecteurs, nous souviendrons longtemps et où la réalité se mélange parfois avec l'imaginaire et le fantastique. Une pointe de magie ne fait jamais de mal dans une réalité banale !

Harry Kressing

Typhon

22,00
par (le Carnet à spirales)
15 décembre 2021

Qui donc est cet homme énigmatique, aux dons culinaires exceptionnels qui débarque un jour dans le petit village de Cobb et se met au service de l’une des deux familles fondatrices de la cité ? Un cuisinier hors pair à n’en pas douter qui ravit et conquiert chaque jour un peu plus ses employeurs, acquiert peu à peu leur confiance en passant par leur estomac, les fait maigrir et grossir à sa guise et subrepticement les met à sa botte à leur insu. Mais jusqu’où ira-t-il, cet homme mystérieux, craint et redouté, plein d’assurance, capable de mettre en émoi une communauté entière ? Les situations sont cocasses, l’humour mordant, la tension monte, la petite bourgeoisie locale finira-t-elle à la casserole ? Un roman savoureux, goûtu, sur la bêtise, la futilité, la crédulité du plus grand nombre manœuvré par l’intelligence et la soif de pouvoir d’un seul homme. Un texte qui vous en met plein les papilles, dont le fumet délicat vous enrobe délicieusement les narines, vous mène inexorablement par le bout du nez à l’image de ce chef de cuisine qui enrobe tout le monde de sa sauce envoutante, calculatrice, machiavélique. Résolument jubilatoire.

par (le Carnet à spirales)
14 décembre 2021

Récit autobiographique haut en couleurs, très haut en couleurs, cette confession n'est pas à écouter dans le silence d'une église, agenouillé, l'esprit habité par l'au-delà car lui Brendan préfère la bière d'ici. Cette confession explosive est d'une pure beauté. Elle n'est pas simple à lire. Il faut en accepter le rythme, les allusions, les références. Une fois ce rythme intégré cette lecture est absolument incroyable. Buveur invétéré, amoureux de sa verte natale, chanteur et collectionneur de chants populaires et de contes, Brendan entre deux séjours en prison, vivait libre, le poing serré, la gueule grande ouverte. C'est brillant et l'air de rien profondément respectueux des "ennemis". Brendan réussissait à sympathiser, sans fraterniser toutefois, avec les garants de la couronne britannique car finalement ils ne sont que des hommes au service d'une cause. Brendan s'est cramé mais a vécu si intensément. Un grand livre.

Sergueï DOVLATOV

La Baconnière

14,00
par (le Carnet à spirales)
14 décembre 2021

La nostalgie de la mère patrie, l'ironie d'un système, la valise. Dovlatov, écrivain dissident, doit partir en 1978 de Russie. et émigrer aux Etats-Unis, une valise à la main, des souvenirs, des anecdotes. Truculentes et cocasses les nouvelles de ce recueil sont un bonheur de lecture mais, derrière cet habillage de l'écrivain facétieux, se dévoile des vies parfois désespérantes et absurdes. C'est très souvent drôle, de cet humour du désespoir et d'une fluidité réconfortante. A découvrir absolument.

Roger RIFFARD

Bouclard

16,00
par (le Carnet à spirales)
14 décembre 2021

Quelle belle idée de rééditer ce roman de Roger Riffard, "Un poète en fin de compte et qui s’exprime dans une langue châtiée et personnelle” dixit
Georges Brassens.
Un connaisseur donc pour une peinture d'un quartier populaire parisien où Alexis, chaque jour, part au turbin, court, prend le métro, fume son clope et bien souvent arrive en retard. Lui Alexis rêve de campagne, d'une ferme pour cultiver des légumes puis les vendre aux urbains. La vie du quartier tourne autour du café, tour à tour, tripot, théâtre d'envolées lyriques et alcoolisées, théâtre de vie et sandwichs aux harengs. Alexis veut partir avec son pote. Partira ou partira pas... Un texte émouvant, de populaire littérature, dans une belle lignée ouvrière, émouvante et descriptive. A lire de superbes pages sur Paris au petit matin de novembre quand le froid rappelle aux lève-tôt leur triste situation. Merci le Bpuclard !