Laurence G.

Libraire à Epinal depuis 2013.

Jours de sable

de Jongh Aimée

Dargaud

29,99
par (Au moulin des Lettres)
10 juin 2021

Un roman graphique poignant au dessin superbe, un gros coup de coeur du Moulin des Lettres !

"Jours de sable" est un roman graphique imposant de 277 pages accompagné d'un court dossier photographique. L'auteure-illustratrice Aimée de Jongh a choisi de s'intéresser aux années de la Grande Dépression aux Etats-Unis à travers la figure d'un jeune photographe de 22 ans, John Clark, personnage fictif.
Jack est envoyé par la Farm Security Administration dans la région du "Dust Bowl" afin de photographier les conditions de vie des agriculteurs et de renseigner l'Administration sur leurs besoins. De nombreux photographes sont ainsi partis sur les routes américaines armés de leur pied et de leur appareil photo et ont ramené des photos de désolation et de misère. Les photos de Dorothea Lange sont parmi les plus connues.
Le "Dust Bowl" est une région à cheval sur plusieurs Etats du centre des Etats-Unis qui s'est créé suite aux procédés inappropriés de culture mis en place durant des années et qui ont rendu la terre totalement aride. Plusieurs années de sécheresse ont aggravé la situation et des phénomènes de tempêtes de sable ont augmenté en nombre et en intensité, obligeant ceux qui le pouvaient à fuir la région et à abandonner ce qu'ils avaient difficilement construit.
Si Aimée de Jongh n'a pas repris un personnage de photographe précis, le contexte socio-économique est des plus réels. Jack part de New York, les files de chômeurs et les gens dormant dehors sont là pour attester de la crise. On en apprend peu à peu sur ce jeune homme qui a repris le métier de son père. Cette mission le passionne et il part conscient de la chance qu'on lui donne, armé d'une feuille de route assez précise. C'est en arrivant en Oklahoma qu'il va chercher à rencontrer les agriculteurs pour les photographier mais sa maladresse ne va pas l'aider beaucoup et il va devoir évoluer pour entrer en contact avec une population miséreuse et pleine de défiance.
Le travail graphique de l'auteure est remarquable; la palette de couleurs utilisée a pour dominantes le jaune orangé et le brun qui créent un effet de désolation intense. La végétation a peu à peu disparu de cette région et l'agriculture est devenue impossible. L'accablement et la détresse sont les sentiments qui dominent les habitants . Cependant, Jack va être accueilli par une famille particulièrement sympathique. C'est en la photographiant qu'il va prendre la mesure de ce qu'est la photographie, de ce qu'elle peut rendre et de ce qu'elle n'est pas en mesure de raconter. Un bouleversement profond va s'opérer en lui...Quelques photos d'époque ponctuent l'histoire qui n'en devient que plus poignante.

Cut the line
16,50
par (Au moulin des Lettres)
7 juin 2021

ROMAN EN MODE SURVIE : suspense intense en pleine cordillère des Andes !

Les voyages forment la jeunesse dit-on aux jeunes et c'est ce qu'ont pu mettre en pratique 5 ados Français, David, Rachel, Myriam, Gillian et Roberto, en gagnant un concours organisé par les conservatoires d'Ile de France et une tournée de 10 jours dans un petit pays d'Amérique Latine. Roberto,15 ans, est le plus jeune du groupe mais parlant espagnol, c'est celui qui a profité au maximum de cette opportunité.
Le séjour dans ce pays tout petit et plus proche d'une dictature que d'une République touche à sa fin; pleins d'images et de souvenirs dans la tête, les jeunes musiciens embarquent sur le vol de retour mais le trajet comporte un changement à Buenos Aires ce qui implique un voyage plus long qu'à l'aller et un survol de la cordillère des Andes. Et c'est justement pendant ce vol que l'avion va rencontrer une tempête et s'écraser au sol en peine montagne.
Le roman passe alors en mode "survie" puisque les 5 ados vont survivre au crash (forcément !) et devoir s'organiser en attendant d'éventuels secours.
"Cut the line" fait partie de la famille des "récits catastrophe" ou "survival" mais l'originalité consiste à avoir choisi une bande d'ados. Les personnages sont chacun bien définis et ont une épaisseur qui rend leur histoire prenante puisqu'on s'attache rapidement à l'un ou à l'autre. Le huis-clos et les conditions de leur survie dans un environnement extrême vont avoir bien évidemment un impact sur chacun d'eux et sur leurs relations. Leur caractère et leurs secrets intimes vont agir en détonateurs dans l'environnement plus qu'hostile qu'ils vont affronter. Un roman bien ficelé et plein de suspense dans lequel l'auteur a ajouté à la fin une dimension politique originale et inattendue. A dévorer dès 14 ans...

City of windows
par (Au moulin des Lettres)
5 juin 2021

Un très bon thriller dans la grande tradition outre-atlantique

Coup de ❤ pour un polar canadien dans la grande tradition du savoir-faire outre-Atlantique : "City of Windows" de Robert Pobi publié dans un premier temps aux éditions Les Arènes dans la collection Equinox puis en format poche chez Points
Pobi n'est pas un petit nouveau au rayon Polar. Il nous avait déjà servi "L'invisible" et "Les Innocents" publiés par les éditions Sonatine il y a quelques années de cela.
Ce troisième opus propose un nouveau personnage qui n'est pas un flic mais un professeur de physique autiste Asperger qui se met au service de la police pour leur donner un coup de pouce (et quel coup de pouce ! ). Lui et l'équipe de FBI qu'il a intégrée doivent parcourir tout New York en pleine tempête de neige pour arrêter un sniper qui s'en prend à d'anciens membres du bureau fédéral d'investigation. Leur enquête va les mener bien loin de New York ...
Vous saurez tout sur les capacités hors normes de Lucas Page pour analyser une scène de crime en vous plongeant dans ce roman qui fonctionne de bout en bout et roule à tombeau ouvert du début à la fin.

Le dimanche des mères
par (Au moulin des Lettres)
5 juin 2021

Un roman anglais remarquablement construit, tout en finesse

S'attardant tout particulièrement sur une journée de mars 1924, Graham Swift nous fait découvrir le quotidien et les pensées les plus intimes d'une jeune femme de 21 ans, orpheline « née indigente », et « placée » comme bonne très jeune dans une maison d'aristocrates anglais.
Après avoir retrouvé son amant, Paul Sheringham, fils de bonne famille, Jane se retrouve seule dans la demeure de celui-ci. Il lui a laissé en partant la clé de la maison et est parti retrouver la jeune femme qu'il doit épouser selon un mariage arrangé par leurs parents respectifs. Ce jour très particulier durant lequel Jane peut jouir exceptionnellement d'une liberté totale est en effet le « dimanche des mères », une tradition laissant aux domestiques une journée libre par an pour aller voir leur mère. Cette journée de retrouvailles avec son amant - dernière journée avant le mariage de celui-ci - puis la déambulation dans la maison, le retour à bicyclette dans la maison de ses patrons, et le drame qui va suivre, laisseront des traces indélébiles en Jane.
Grâce au récit du narrateur relatant par bribes la vie de ce très beau personnage, ce sont deux Jane qui cohabitent en fait durant tout ce court roman, en un subtil va et vient dans le temps: la jeune bonne audacieuse et, fait peu courant alors, dévoreuse de livres, et la femme âgée qui va dévoiler peu à peu au lecteur ses pensées, ses souvenirs et une fracture intime jamais révélée. Fouillant la mémoire de Jane, le narrateur va ouvrir au lecteur les portes intimes de celle-ci demeurées closes durant toute sa longue vie. Derrière ces portes, un amour interdit, des « livres pour garçons » empruntés dans la bibliothèque d'un maître bienveillant et dévorés avec passion, des pièces chargées de portraits de famille ou de bienfaiteurs, une bicyclette, le souvenir de fils perdus pour toujours pendant la Grande Guerre....
Le souvenir, le secret, le poids des traditions, le mystère que peut recéler un individu, tous ces thèmes parcourent ce roman admirablement écrit, tout en nuances et en finesse.

Ces montagnes à jamais

Éditions Gallmeister

9,90
par (Au moulin des Lettres)
29 mai 2021

Un très beau roman sur les perdants de l'Amérique

Gros coup de ❤ pour ce premier roman paru aux editions Gallmeister.
Il a pour cadre l'Amérique rurale, celle des Bull Mountains dans le Montana, celle des petits propriétaires terriens, fréquentant l'église mais armés jusqu'aux dents, alcooliques, attachés viscéralement à leurs montagnes. Ils exècrent l'État qui récupère peu à peu leurs terres suite à des faillites et crée des zones interdites aux chasseurs ou les empêchent de tuer les loups.
Va devoir survivre au milieu de ça un enfant autiste qui va être recueilli par la dernière personne de sa sa famille qui lui reste, son cousin. L'histoire va se compliquer pour les deux personnages qui ont chacun un lourd passif à gérer...
Un roman âpre qui parle de déchéance, de vies brisées et de vengeance dans l'Amérique d"Obama.