Petite histoire (La), [Festival de la Luzège, juillet 1997]
EAN13
9782211046619
ISBN
978-2-211-04661-9
Éditeur
École des Loisirs
Date de publication
Collection
THÉATRE
Nombre de pages
96
Dimensions
19 x 12 x 1 cm
Poids
130 g

Petite histoire (La)

[Festival de la Luzège, juillet 1997]

De

École des Loisirs

Théatre

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Dans un cimetière, à la fin de l'hiver, deux fantômes surgissent. Elle s'appelle Montaigue, c'est la mère de Roméo. Lui s'appelle Capulet, c'est le père de Juliette. Encore une fois, ils doivent raconter, pour que le monde se souvienne, l'histoire de leurs enfants, pas toute l'histoire, ce serait trop long, ils sont trop vieux mais la petite, où ils diront l'essentiel. Au début, c'est difficile d'oublier la haine. Alors Capulet la raconte, cette haine absurde qui opposait leurs familles, les bagarres incessantes, la division de Vérone en deux camps ennemis : ceux qui soutenaient les Capulet, ceux qui soutenaient les Montaigue. Il mime tous les personnages, Tybaldo son neveu qui essaie de résister aux provocations de Mercuzio, l'ami de Roméo, la ville entière devenue champ de bataille malgré les interdictions du prince. Ils se souviennent de la jeunesse de Roméo, de la beauté de Juliette, de l'enfance de leurs deux enfants. Ils racontent la première rencontre au fameux bal donné en l'honneur de Juliette, un bal masqué où les Montaigue ne sont pas invités. Mais Mercuzio et Roméo s'y rendent déguisés. Et Roméo est ébloui par Juliette et Juliette sait que son cœur appartient à Roméo. Ils revivent cette scène du balcon où Roméo dit son amour à celle qu'il aime jusqu'à risquer sa vie. Ils disent cette passion impossible parce qu'ils l'ont interdite. Capulet oblige Juliette à en épouser un autre, il ne comprend pas la tristesse de sa fille, Montaigue souffre, Roméo son fils ne lui parle plus. Ils font défiler les scènes de haine implacable, la mort de Mercuzio, celle de Tybaldo, puis celle de Juliette et de Roméo. Lorsque l'histoire est finie, ils sont complices dans leur douleur, ils sont réconciliés.


S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Eugène Durif