Oeuvres complètes / Susan Sontag, 8, Oeuvres complètes, L'amant du volcan / roman
EAN13
9782267022308
ISBN
978-2-267-02230-8
Éditeur
Christian Bourgois
Date de publication
Collection
TITRES (8)
Séries
Oeuvres complètes / Susan Sontag (8)
Nombre de pages
454
Dimensions
1 x 1 x 0 cm
Poids
333 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais

8 - Oeuvres complètes, L'amant du volcan / roman

De

Traduit par

Christian Bourgois

Titres

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Autres livres dans la même série

Tous les livres de la série Oeuvres complètes / Susan Sontag
Naples, 1772. Splendide et turbulente, cette ville rayonne sur l’Europe tandis que le Vésuve qui la surplombe, à la fois fascinant et terrifiant, menace sans cesse d’entrer en éruption.

Celui que tous appellent Le Cavaliere est l’ambassadeur britannique auprès du royaume des Deux-Siciles. Attaché à sa ville adoptive dont il aime la frivolité, l’opéra et les rues pavées de lave, il revient s’y installer avec sa femme. Collectionneur invétéré, il acquiert avec avidité antiquités et œuvres d’art. Après la mort de sa femme, qui l’affecte profondément, il fait la connaissance de l’ancienne maîtresse de son neveu, pour qui il éprouve aussitôt une passion dévorante. D’une beauté exceptionnelle, d’une intelligence suprême bien que n’ayant reçu aucune instruction, la jeune femme devient, sous le regard amoureux de son mentor, une citoyenne du monde remarquable. À la consternation de la famille du Cavaliere, ce dernier la demande en mariage. Favorite de la reine de Naples, sœur de Marie-Antoinette, la jeune femme fait l’admiration de son mari. Mais lorsqu’arrive à Naples un jeune amiral britannique, considéré comme le plus grand héros de l’époque, la femme du Cavaliere connaît des émotions d’une intensité d’autant plus puissante. Sous le volcan, rien n’est jamais appelé à durer…

Inspiré des vies de Sir William Hamilton, de sa femme Emma et de Lord Nelson, peuplé aussi de nombreux grands personnages de l’époque, L’Amant du volcan évoque la Révolution, l’état de nature, la condition des femmes, l’Opéra avec ses émotions et ses histoires, de Don Giovanni à Tosca, l’art, les obsessions des collectionneurs et par-dessus tout ; l’amour.

Susan Sontag est sans doute l’écrivain américain le plus « européen ». Née en 1933 à New York, elle est décédée le 28 décembre 2004. À l’âge de trente ans, elle publie son premier roman, Le Bienfaiteur (Le Seuil, 1965), une étude sur la formation de la personnalité. Dans les années 60, elle écrit pour différents magazines et revues. Très engagée à gauche, figure de la scène new-yorkaise, elle est proche d’intellectuels français comme Roland Barthes, auquel elle a consacré un livre (L’écriture même : à propos de Roland Barthes Christian Bourgois). Elle publie en 1977 un essai, Sur la photographie où elle s’interroge sur la différence entre réalité et expérience. Elle défend le concept de « transparence », autrement dit de l’évidence de l’œuvre, avant toute interprétation. Elle publie également de nombreux romans, dont L’Amant du volcan (1992) et En Amérique (1999) pour lequel elle a reçu le National Book Award. Par ailleurs, le Prix Jérusalem lui a été attribué en 2001 et le Prix de la Paix des libraires à Francfort en 2003 pour l’ensemble de son œuvre.

D’une grande ingéniosité formelle, riche en inventions intellectuelles et imaginatives et servi par un humour délicieux, des personnages enchanteurs, des émotions fortes, L’Amant du volcan bouscule les conventions du roman historique. Ce roman excitant, passionné et inoubliable a remporté un succès retentissant aux États-Unis et en Europe.

« Un livre turbulent et fascinant où le tableaux d’époque et les scènes truculentes s’enrichissent de féroces considérations sur la vanité du pouvoir ou l’amère condition des femmes. » (Lire)
S'identifier pour envoyer des commentaires.