Le Château des Rentiers

Agnès Desarthe

Éditions de L'Olivier

  • Conseillé par (Librairie Le Préau et la Cour des Grands)
    30 septembre 2023

    JULIE

    Dans ce quatorzième roman, Agnès Desarthe évoque un projet personnel un peu fou, celui de créer un phalanstère pour ses vieux jours, alternative à un ehpad sordide et rêve surtout d'une communauté joyeuse. L'inspiration est venue d'une tour située dans la rue du Château des Rentiers à Paris. Là où vécurent, à partir de leurs 65 ans, ses grand-parents Tsila et Boris Jampolski. Ils avaient acheté dans cette rue du 13e arrondissement un appartement sur plan, avec d'autres amis issus de la même communauté juive d'Europe centrale. Les derniers jours furent très heureux et ce bonheur a imprégné la petite Agnès qui, pour les besoins de son projet nous raconte cette joie.
    Pourtant, ces joyeux anciens avaient connu l’horreur des camps et poussée par leur résilience, Agnès Desarthe remonte le fil de ses souvenirs. Parmi une multitude d’instants imprimés dans sa mémoire, la saveur d'un gâteau aux noix qu'elle parvient à nous transmettre, les entretiens que sa mère avait accordé à la Fondation Spielberg, en 1996 et une réminiscence de sensations qui nous touchent.
    Le récit, formé de chapitres courts et dynamiques, est parfois entrecoupé de pauses pour rapporter la parole des personnes âgées: tantôt drôles, tantôt acariâtres, toujours touchantes. Dans certains passages, l’autrice discute avec son double, et ce petit clin d'oeil à « Enfance » de Nathalie Sarraute porte des réflexions très habiles sur la vieillesse.
    Les dernières pages se referment sur un roman aussi étonnant et facétieux que grave. On sort de cette lecture avec une grande énergie vitale régénérée !


  • Conseillé par (Librairie La Mandragore)
    14 septembre 2023

    Derrière ce titre énigmatique se cache un texte à part : pas vraiment un roman mais de la littérature assurément !
    Agnès Desarthe nous entraîne dans son projet un peu fou d'imaginer un lieu où ses amis et elle vieilliraient ensemble. C'est l'occasion pour elle de faire mille et une digressions sur la vie, que l'on savoure avec un plaisir non dissimulé.

    Laëtitia


  • Conseillé par
    30 août 2023

    Les grands-parents maternels d’Agnès Desarthe vivaient rue du Château des Rentiers. Le charme, la fantaisie et la douce ironie de l’autrice opèrent dans ce joyeux bazar mémoriel et intime, dans ce pêle-mêle d’anecdotes savoureuses et sensibles où il est question de gâteau, du temps qui passe et du corps qui n’a plus vingt ans.
    Mais, tant que nous sommes vivants… Rêvons, imaginons et tâchons simplement d’être heureux !