Le Fils de l'Ursari

Le Fils de l'Ursari

Cyrille Pomès

Rue de Sèvres

  • par (Association des Librairies Spécialisées Jeunesse)
    11 octobre 2019

    Conseillé par la Librairie Sorcière Librairie Larcelet

    Quand la famille de Ciprian est chassée une nouvelle fois d'un village où elle avait établi son campement, un mafieux propose un marché de dupe au père de famille. Contre une reconnaissance de dettes, il permettra à toute la famille de partir pour Paris, trouver une vie meilleure. La réalité de la vie parisienne frappe vite la famille, prise entre les dettes impossibles à rembourser, la police qui menace d'expulsion, la violence et la misère du bidonville. Tout change quand Ciprian, au fil de ses errances dans le jardin du Luxembourg, rencontre une joueuse d'échecs qui comprend vite le talent du garçon pour ce jeu… Une histoire dure et belle, qui montre la réalité des sans-papiers en France, entre misère, racisme, espoir et combines. Le dessin de Cyrille Pomès rend bien compte de la distorsion du réel dans les yeux de Ciprian, les adultes immenses, les situations de danger mises en scène dans des décors aux proportions outrées. Les couleurs d'Isabelle Merlet, dans des nuances peu saturées, servent le dessin, sans appuyer trop fort les sentiments. Une BD très belle, au sujet difficile, mais qui saura plaire aux enfants à partir de dix ans, pour peu qu'on la leur propose. — Librairie Larcelet


  • par (Librairie Libr'Enfant)
    20 juillet 2019

    Une magnifique histoire de tolérance, d’accueil et de solidarité.

    Splendide adaptation du roman indispensable de Xavier-Laurent Petit. Les merveilleuses couleurs d'Isabelle Merlet subliment les dessins de Cyrille Pomès !


  • par
    23 avril 2019

    L'Ursari, c'est le montreur d'ours. Ciprian est le fils de l'ursari. Nomades, lui et sa famille sont mal vus des habitants de leur pays et vivent avec très peu de moyens, pas mal de débrouille. Chassés, ils se voient proposer une vie meilleure à Paris où l'argent coule à flots. Lorsqu'ils y arrivent, la vie n'est pas celle que les passeurs leur avaient fait croire. Et comme ils doivent rembourser une somme considérable qui augmente de mois en mois, les solutions trouvées pour trouver des euros ne sont pas nombreuses. Dans sa tournée de pickpocket, Ciprian débarque un jour au jardin de Luxembourg et découvre fasciné deux personnes qui jouent aux échecs.

    Album adapté du roman du même titre de Xavier-Laurent Petit paru à L'école des Loisirs, scénarisé et dessiné par Cyrille Pomès et mis en couleurs par Isabelle Merlet. Ce qui m'y a d'abord surpris c'est le trait des dessins qui n'est pas celui que je préfère. Et puis, très vite je n'y ai plus pensé, totalement embarqué dans cette histoire avec la famille de Ciprian. Les conditions de vie des Roms dans leurs pays et celles, une fois qu'ils sont arrivés dans un autre pays dans lequel ils espèrent vivre mieux, sont décrites simplement et clairement : les destructions des camps, les relogements, les expulsions, les abris de fortune, les enfants non scolarisés qui traînent dans les rues à la recherche d'argent, les femmes qui mendient, la violence et la haine auxquelles ils doivent faire face quotidiennement, et malgré tout cela une lueur d'espoir en la personne de Ciprian. C'est grâce à ce petit garçon déluré et intelligent que l'histoire ne sombre pas dans le noir total, ainsi, elle est accessible à tous et permet à chacun de comprendre les conditions de vie de ceux dont on longe les campements lorsqu'on prend les autoroutes urbaines.

    Belle adaptation à mettre entre toutes les mains, pas les tout petits, mais celles des jeunes adolescents et des plus grands.